• Loïc Piaux

Le Gabon dépénalise l’homosexualité

Six jours après que l’Assemblée gabonaise ait voté en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité, c’est le Sénat qui vient de voter favorablement à son tour. Le Gabon devient donc le dixième pays africain à dépénaliser les rapports sexuels entre personnes du même sexe.


L’homosexualité est un sujet tabou dans de nombreux pays africains. Parmi les 49 pays d’Afrique subsaharienne, 28 interdisent et répriment l’homosexualité, parfois allant jusqu’à la peine de mort.


Ces dernières années, une dizaine de pays africains comme le Mozambique, le Botswana ou encore l’Angola ont légalisé les relations entre personnes de même sexe, c’est à présent au tour du Gabon de faire de même.


Le 23 juin dernier, la chambre basse du parlement gabonais a voté en faveur de la dépénalisation avec 48 députés pour, 24 contre, et 25 qui se sont abstenus. Un vote qui a donc divisé, mais qui voit le « pour » l’emporter. Le 29 juin, le Sénat confirme cette tendance un peu plus clairement cette fois avec 59 sénateurs en faveur, 17 contre, et 4 abstentionnistes.


Ce vote vient modifier une loi mise en place en juillet 2019, qui rendait les rapports homosexuels passibles de 6 mois de prison et 5 millions de francs CFA (7600 euros) d’amende.


Un progrès en droits humains s’il en est, mais qui est loin de faire l’unanimité dans l’opinion publique gabonaise. L’homosexualité y reste encore très taboue. Pas question de parler de mariage gay par exemple. Selon certains membres du gouvernement en désaccord avec cette décision, l’homosexualité serait « contraire aux us et coutumes » du pays, certains n’hésitant pas à la qualifier « d’abomination ».


La communauté LGBT+ peut se réjouir : un pays de plus vient de faire une énorme avancée vers la tolérance et l’acceptation de l’orientation sexuelle de chacun. Et même si le chemin reste encore long pour les homosexuels en Afrique subsaharienne, le 29 juin 2020 restera une date historique pour leurs droits au Gabon.


©Damien Ronto

©2020 par Créatif +. Créé avec Wix.com