• Loïc Piaux

Nouvelle-Calédonie : des jeunes en réinsertion replantent la mangrove pour protéger leur île

Mis à jour : juil. 15

Depuis plusieurs années, l’association SOS Mangrove s’active pour sauver la mangrove de l’urbanisation croissante à Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie. Ses membres ont créé un programme d’insertion sociale pour que les jeunes en difficulté de l’île puissent se trouver une activité tout en protégeant la biodiversité.


Les palétuviers sont des arbres ou arbustes qui prolifèrent dans les eaux peu profondes sur les littoraux tropicaux. Une forêt de palétuviers se nomme communément la mangrove. Elle est d’une importance capitale pour la biodiversité marine et pour la survie des îles tropicales.


Entre autres, la mangrove, avec ses innombrables racines entremêlées, est le refuge parfait pour une infinité de petits poissons, crustacés et autres mollusques. Ils viennent se protéger des plus gros prédateurs qui, de par leur taille, ne peuvent pas y pénétrer. Elle est également la barrière naturelle qui protège les îles tropicales de l’érosion. Les vagues se brisent sur les racines des palétuviers et épargnent les côtes. Sans mangrove, celles-ci se briseraient directement sur le rivage et éroderaient la roche.


C’est d’ailleurs ce problème d’érosion qui inquiète SOS Mangrove et les habitants de la Nouvelle-Calédonie. Pour la survie de leur île, la mangrove ne doit pas disparaître.


L’urbanisation grandissante dans la région de Nouméa a vu certaines zones de mangroves disparaître complètement pour laisser place à des aérodromes, des routes et autres bâtiments touristiques.


L’association travaille dur pour replanter la mangrove là où elle a été arrachée. Avec l’aide des jeunes en réinsertion qui travaillent en collaboration avec elle, ils replantent les palétuviers pour sauver leur île de l’érosion et également pour faire revenir la vie aquatique, vitale pour les habitants de la région qui se nourrissent principalement de la pêche.


Le défi est grand, mais SOS Mangrove et les jeunes calédoniens ne baissent pas les bras. Grâce à leur travail, de nombreux endroits déforestés sont à nouveau peuplés de jeunes palétuviers, un symbole d’espoir pour la biodiversité.








©Colin Trudel











©Mariana Calil

©2020 par Créatif +. Créé avec Wix.com